logo

Auchan casino moins cher





"Globalement, toutes les chaines de magasins ont surveillé les étiquettes" l'an dernier (0,2 de hausse entre septembre 2012 et 2013.
Sceaux (92 débourse plus de 394 euros, soit 44 de plus!«Berceau de Système U et de Leclerc, le Grand ouest (Bretagne et Loire-atlantique) en général est très attractif autour de 207 euros note Que Choisir, avec un record départemental décroché par lOrne (205 euros en moyenne) et un record du magasin le moins cher décroché.Dans les deux cas, Auchan est ainsi mieux placée en termes dimage quIntermarché, Carrefour ou Hyper U alors que ses prix sont objectivement plus élevés).La compétitivité prix ne suffit pas pour séduire et fidéliser la clientèle.Les trois enseignes les plus chères en moyenne sont Géant Casino casino spiele kostenlos spielen ohne anmeldung (227 euros) Monoprix (238 euros) et Casino (241 euros).Avec un prix moyen de panier de 203 euros, ils ravissent en 2012 la première place à Hyper U (208 euros) qui les devançait de quelques centimes dans lédition 2011.Le groupe Casino toujours plus cher.«Parmi les 100 magasins les moins chers, on trouve 79 Leclerc explique.Dans un supermarché à Vaucresson en octobre 2010.Mais le magasin le plus cher de France se trouve à Marseille (Bouches-du-Rhône cest le casino de lavenue Foch (258 euros qui détrône cette année le Casino de place de la Nation à Paris (254 euros).A linverse dAuchan qui parvient à «tordre» à son profit la réalité.Monoprix bon dernier, mais la nouveauté de cette année est que Leclerc est suivi de près par.Auchan (9e place, panier à 320 euros) a lui "perdu quatre places entre nos deux classements, et se retrouve distancé en terme de compétitivité par ses concurrents directs.Soixante-six euros décarts entre Saint-Grégoire et Marseille.Lécart se creuse ensuite avec les enseignes citadines de moins grande surface: Simply Market (groupe Auchan) et Carrefour Market sont au coude à coude à 218 euros en moyenne, devant Cora (223 euros).Il va falloir que les petits formats fassent un effort estime l'association, qui pointe également du doigt le cas.
(1) Relevés effectués entre le 22 septembre et par des bénévoles des associations locales de lUFC-Que Choisir sur un panier de 77 produits (61 marques nationales, 33 marques distributeurs et 6 sans marqesà dans 1670 grandes surfaces de toute la France (2) Etude réalisée.
En Savoir Plus, j'ai compris.

"L'effort est très net et porte préjudice aux hard-discounters (enseignes à bas coût, ndlr dont la part de marché a reculé en 2013, retombant à 12 contre 14 en 2010 indique l'UFC-Que Choisir).
(.) Il n'est pas exclu que ses ventes en souffrent à un moment, surtout si la concurrence reste aussi vive indique l'association de consommateurs.


Sitemap